MR ONE TEAS

Né en 1984, Anthony Alberti alias Mr One Teas est un artiste français graffeur. Artiste autodidacte et touche à tout, son art mêle aérosol, acrylique, pochoirs, photos, collages et résine sur des supports toujours plus variés : toile, corps, voiture, façade et murs.

Mr-OneTeas-art-obs-monaco-couverture-1024x576.jpg

Alberti débute le graffiti en 2005 et développe son style au gré de ses voyages, ses rencontres et ses échanges en laissant sa trace sur des toiles et aussi dans les rues de grandes villes internationales. Sur les toiles, Anthony n’hésite pas à rendre hommage à ses icônes, comme Keith Harring, l’un des premiers Street Artistes new-yorkais ou sans complexe à Michel Ange, dans une composition renversée à 90° afin de pointer une société trop individualiste.

Image Mr One Teas

Parmi les techniques qu’il utilise aujourd’hui en dehors des murs abandonnés il y a notamment l’aérosol sur palette de bois perforée, afin de s’auto-définir comme « street artiste de nouvelle génération ».

Il se fait remarquer une première fois lors de l’Eco Art Parade 2009 à Monaco avec son aigle « Hawkology ». Puis lors du 50e Anniversaire de la “JCI” à Monaco en Décembre 2013, Mr OneTeas provoque une rencontre unique avec le Prince Albert de Monaco et l’invite à réaliser sur scène un portrait à quatre mains en live devant 600 personnes.

De cet apprentissage apparaît une œuvre riche de partage. Aujourd’hui il est même appelé à peindre les palissades des chantiers en construction ou comme à Nice et été 2014, les palissades du Nice Jazz Festival, rendons au Street Art ce qu’il mérite ! In fine, Anthony Alberti n’a pas de limites, « toute ma vie j’aurais envie de peindre ». Il se dédie aussi à la promotion d’artistes d’art urbain, en hommage aux collègues de ses crew.

En 2011, Mr OneTeas fonde le « Wack Donald's Project » luttant contre les dérives de la mal bouffe et des fast-foods. Exposé au Molitor à Paris, il affichera aussi ses messages à Pragues, New York et Bruges.

 

Mis en sommeil, ce n’est qu’en mars 2014 qu’il réapparaît dans les rues de Prague, New York, Rome, Paris, Bruxelles, Porto avec un travail qui s'oriente sur la question de l'obsolescence en donnant une autre vie aux matériaux et objets de consommation du passé tout en illustrant les maux de notre société. Il puise son inspiration dans l’environnement médiatique, politique et culturel. Détournant images et actualités, il nous offre sa vision critique de la société teintée d'humour et d'originalité.

8438ed56bfbcc5d41fcb4943b0c8acb7--my-father-paris-france.jpg
JARS-vs-JAWS-jpg.jpg

Les œuvres disponibles à la galerie

  • Instagram
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône