CLAVE Antoni

Antoni Clavé est né à Barcelone en 1913. Peintre éternel inclassable de l’art contemporain, il a fait l’objet de nombreuses rétrospectives dans le monde entier. Sa plus grande a eu lieu au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris en 1978. Il a su faire évoluer sa peinture en renonçant parfois à un succès trop pressant et sans jamais s’assimiler à un courant artistique existant.

Image Antoni Clave
Image Antoni Clave

À l’âge de 13 ans, il doit travailler et est embauché comme commis dans une maison de tissus pour gaines et corsets. Il s’inscrit au cours du soir de la Escuela de Artes y Officios Artisticos y Bellas Artes de Barcelone. Devenu apprenti peintre en bâtiment chez Tolosa, il est attiré par le côté manuel du métier (badigeons, enduits, colles, et plus tard préparation des couleurs) le jeune Clavé apprend à manier les brosses, à dessiner, la lettre, le faux bois.

 

En 1932, un deuxième prix à un concours d’affiches organisé par la Caisse d’Épargne de Barcelone, le décide à abandonner sa place de peintre en bâtiment. Clavé est engagé par la société Cinaes (Cinematografica Nacional Española) pour réaliser des affiches de films sur les façades de trois cinéma de Barcelone : Catalunya, Capitol et Femina.

 

Clavé vit de travaux publicitaires et décoratifs dans lesquels il utilise des expérimentations d’avant-garde : collages de matières diverses, cordes, tissus imprimés, carton ondulé, papier journal.

En 1936, la Guerre d’Espagne éclate, Antoni Clave est mobilisé et part pour le front d’Aragon. Son ami Joaquim Martí Bas réussit à lui faire intégrer l’État-Major de la 31e division où tous deux ont pour mission de réaliser des affiches destinées à galvaniser les combattants. Antoni Clave arrive à Paris et devient décorateur de théâtre et illustrateur (Carmen, Gargantua). En 1941, il installe son premier atelier 45 rue Boissonade à Paris, puis 4 rue de Châtillon.

En 1942, naît son fils Jacques et sa mère arrive à Paris. Epoque intimiste, où il est influencé par Bonnard et Vuillard. L’année suivante il exécute des lithographies pour les Lettres d’Espagne de Prosper Mérimée. Antoni Clavé intègre alors pleinement les activités sociales et artistiques de l’ « École espagnole de Paris » menée par Picasso.

Après la 2ème guerre mondiale, Antoni Clavé expose dans de nombreuses galeries et obtient une reconnaissance internationale. Ses créations théâtrales sont une part essentielle de son travail. C’est en 1954, qu’il décide d’abandonner la décoration théâtrale pour pouvoir se consacrer à la peinture avec autant de succès. 

Clavé travaille avec acharnement. Inclassable, ni figuratif, ni abstrait et les deux à la fois avec sa force et son mystère, il aimait aussi les collages et se livrait volontiers au hasard de la création. Quant à la sculpture, il ne s'y intéressa que par périodes, au début de sa carrière et ensuite beaucoup plus tard.

En 1965, Clavé s’installe dans le Midi de la France. Les années suivantes voient la multiplication des expositions. En 1972, Clavé se rend au Japon, puis rentre en France par New York où les graffitis des rues et du métro lui inspirent des peintures. Clavé entreprend en 1975 la suite de gravures destinées à illustrer La Gloire des Rois de Saint-John Perse ; il exécute également ses premiers essais de papiers froissés en trompe-l’œil.

Image Antoni Clave

Les années 80 voient la reconnaissance d’Antoni Clavé dans son pays natal où se multiplient les expositions.

Antoni Clavé meurt le 30 août 2005 à Saint-Tropez.

Œuvre bientôt disponible

Aucun article

  • Instagram
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône