Jonone

Né en 1963 à New York, John Andrew Perello alias JonOne est le pionnier du mouvement graffiti à New-York. Il se décrit comme un « peintre graffiti expressionniste abstrait ». Il vit et travaille actuellement à Paris.

Image Jonone

Enfant des rues de New-York, JonOne commence le graffiti à la fin des années 70 grâce à son ami d’enfance White Man en écrivant son nom dans la ville et sur les rames de métro « Le métro c’est un musée qui traverse la ville ». C’est à cette époque qu’il rencontre A-One qui avait l’habitude de traîner avec Jean-Michel Basquiat. « A-one était le lien entre la rue et le monde de l’art. Il voyageait en Europe et revenait avec beaucoup d’argent, simplement grâce à son art. J’écoutais ses récits de voyages et mes yeux brillaient d’envie ». C’est grâce à lui que JonOne a commencé à visiter des expositions, à nourrir sa vision, et à prendre son travail enfin au sérieux en le considérant comme de l’art.

Image Jonone

Il fonde plus tard, en 1984, le collectif 156 All Starz. Il devient alors Jon156 (nom de sa rue) puis JonOne. Ses œuvres abstraites sont influencées par le mouvement, la couleur, l’énergie alors que les autres graffeurs réalisent des peintures figuratives. Artiste autodidacte, JonOne commence à peindre en s’entêtant à reproduire l’élément fondateur de son style : la vision d’une rame de métro graffée engendrant des traînées de couleurs avec la vitesse. Ce qui distingue JonOne des autres artistes graffiti est précisément son attention apportée à l’agitation et au mouvement de la couleur plutôt qu’à la figuration.

A la fin des années 80, il rencontre l’artiste français Bando, Philippe Lehman de son vrai nom et aujourd’hui producteur de disques. Ce dernier invite JonOne à Paris, c’est le coup de foudre et il s’y installe en 1987. La France lui donne alors l’occasion de « poursuivre son enrichissement personnel ». JonOne observe les rues parisiennes et accompagne les pionniers du mouvement hip hop dans leur descente de graff. Il fait la rencontre de Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr qui lui permet de s’installer dans l’hôpital éphémère Bretonneau pour produire ses propres peintures. Un lieu de squat aménagés plus tard en véritables ateliers d’artistes et studios d’enregistrement (où se sont produit Jean Louis Auber et Axel Bauer entre autres).

 

Sa première exposition personnelle, intitulée “Graffitism”, a lieu en 1990 à la Galerie Gleditsch 45 à Berlin, en Allemagne. S’enchaînent alors des expositions collectives et personnelles dans le monde entier (Tokyo, Monaco, Paris, Genève, New York, Hong Kong, Bruxelles…) de cet artiste dont les toiles sont une explosion de couleurs.

Le 22 janvier 2011 marque ses débuts de collaboration avec la Fondation Abbé Pierre. John réalise une fresque monumentale au square des Deux-Nèthes dans le 18ème arrondissement de Paris. Cette fresque représente le visage du fondateur du mouvement Emmaüs sous les traits de « L’Appel de l’hiver 54 ». Appel qui a été lancé sur Radio Luxembourg le 1er février 1954 par l’Abbé Pierre, suite au décès d’une femme, morte de froid dans la rue.

Le 21 janvier 2015, une œuvre de John intitulée “Liberté, Egalité, Fraternité” et mesurant 300 x 220 cm est inaugurée à l’Assemblée Nationale dans le Salon des Mariannes.

Le 19 février, Jonone reçoit la Légion d’Honneur en tant que Chevalier des mains de Claude Bartolone, Président de l’Assemblée.

Image Jonone
Image Jonone

Le 19 novembre a lieu le vol inaugural Paris-New York du Boeing 777 d’Air France aux couleurs de JonOne.

Janvier 2016, Jonone collabore avec la prestigieuse Maison Guerlain en revisitant l’iconique flacon aux Abeilles. En tout ce seront 98 pièces uniques qui seront exposées dès le 4 janvier sur les champs Elysées.

Œuvre disponible à la galerie

  • Instagram
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône