FARHI Jean Claude

Né à Paris en 1940, Jean-Claude Farhi est un sculpteur véritable amoureux et colonisateur des « arts plastiques ».

Après la guerre en 1946, sa famille s’installe à Bogota, en Colombie, où son père ouvre un magasin de chaussures. C’est à l’âge de 17 ans qu’il débarque à Nice, où il travaille d’abord comme coursier à l’agence de voyage Kuoni puis comme guide touristique, en même temps qu’il suit des cours de dessin aux Beaux-Arts de Nice.

Image Jean-claude Fahri

Deux ans plus tard, il fait sa première exposition personnelle au café Le Relax, rue Pastorelli à Nice, où il rencontrera César et Arman.

Après son service militaire en Algérie, il continue à peindre tout en dirigeant l’affaires de chaussures reprise par sa mère à la mort de son père.

Image Jean-Claude Fahri

En 1966, c’est le début du succès, ses « Motorcolors » sont remarqués par le critique d’art Pierre Restany. En 1968, il devient l’assistant du sculpteur César, voyageant avec lui à travers l’Europe.

 

Il commence à associer plastique et métal, avant de ne plus travailler que le polyméthacrylate de méthyle (nom savant du plexiglas). Il se rend souvent à Rome où l’usine Polivar fabrique ses fameuses « colonnes » colorées.

C’est en 1972 qu’il découvre New York et y retrouve Arman, qui lui conseille de « voir grand », conseil que Farhi suivra puisqu’il commence à réaliser des pièces (colonnes, stèles et disques) de grande dimension. En 1984, il participe à l’inauguration du Palais des Congrès de Nice avec « Colorful Island », la dernière de ses grandes colonnes. Ensuite, il réalisera ses oeuvres monumentales en plexiglas sans plus bouger de son atelier de Tourrettes sur Loup, les exposant à New Canaan dans le Connecticut, chez Guy Pieters à Knokke-le-Zoute, à l’International Art Fair de Chicago (1989) … 


Sans oublier l’accrochage, en 1990, de “Dissémination” sur la façade d’un immeuble de l’Arénas, face à l’aéroport de Nice : 34 mètres de haut, 21 tonnes, 9 mètres de porte à faux, c’est la plus grande sculpture jamais réalisée en “perspex” (famille des plastiques). 

Image Jean-Claude Fahri

A partir de 1991, il s’oriente vers l’acier brut qu’il emploie pour réaliser de grandes sculptures destinées à l’extérieur.

 

Farhi meurt en 2012 à Monaco.

Les oeuvres disponibles

  • Instagram
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône