AMBROGIANI Pierre

Né en 1907 à Ajaccio, Pierre Ambrogiani figure parmi les grands maîtres provençaux du temps moderne. Son génie se distingue par des toiles aux couleurs fauves et violentes qui peuvent être rattachés au mouvement expressionniste.

portrait_edited.jpg

Issu d’une famille modeste, celle-ci quitte la Corse en 1908 pour s’installer dans le vieux quartier populaire de Marseille. Dès l’âge de 12 ans, il devient facteur tout en s’essayant au dessin et à la gravure. Le jeune marseillais peint les fruits, les massifs de fleurs, les plages couronnées de garrigues et de pinèdes. En 1936, il s’est lié d’amitié avec André Malraux et Louis Aragon qui ont soutenu sa vocation artistique. En 1937, il délaisse son métier de facteur pour se dévouer corps et âme à la peinture. Il fut l’un des fondateurs de la première maison de culture régionale, avec Antoine Serra et François Diana, des peintres provençaux. Pierre Ambrogiani est aussi un ami de Marcel Pagnol et de Jean Giono qu’il croise près de son atelier du Vieux Port.

image Pierre Ambrogiani

Au cours de 78 ans d’existence, l’artiste a fourni une production abondante estimée à plus de 1500 toiles, 7 sculptures, 1200 dessins et aquarelles et plus de 300 estampes adjugées en ventes publiques. Pierre Ambrogiani est surtout connu pour ses tableaux de nature morte, pris d’assaut par une orgie de couleurs vives. Il est le portraitiste du midi provençal, en puisant son inspiration dans les paysages sublimes de la Méditerranée. Par ses toiles aux tons purs qui composent une vivante poésie de la couleur, on peut dire qu’il est un disciple fidèle de Paul Cézanne, d’Henri Matisse ou encore de Bernard Buffet.

Pierre Ambrogiani est aussi un brillant aquarelliste. Il a illustré de nombreuses œuvres littéraires dont Les bucoliques de Marcel Pagnol (1947) et Ma destinée s’achève à l’aube d’Alexandre Toursky (1958).

Il a remporté le prix international de Menton (1951), et le concours des peintres témoins de leur temps (1967). L’année suivante, le prix Gemmail lui a décerné le titre de meilleur peintre de la lumière. En 1962, il décore l'église de l'Immaculée Conception de Marseille avec des fresques et des vitraux.

 

Fort de sa réputation, l’artiste n’a pas cessé de fournir un travail pictural prolifique, jusqu’en 1985, où il a rendu son dernier soupir à Allauch.

Œuvre disponible à la galerie

  • Instagram
  • Facebook
  • Noir LinkedIn Icône